Accueil » Actualités » Drones » DJI Zenmuse X7 vs RED Weapon 8k

DJI Zenmuse X7 vs RED Weapon 8k

 

Le DJI Zenmuse X7 est la première caméra super 35 mm conçue pour la prise de vue cinématographique aérienne. Elle offre tout ce dont les créateurs de contenu avaient besoin pour compléter leur panoplie d’outils et rester à la pointe de la technologie. Avec une résolution vidéo 6k/30fps et une plage dynamique de 14 stops, ces améliorations importantes par rapport à X5S, la situe au sommet du classement des caméras aériennes professionnelles.

En 2015 , DJI présentait la X5R sa première caméra RAW, aujourd’hui bien dépassée. En deux ans seulement, le niveau de qualification de DJI dans ce domaine n’a cessé d’évoluer. Jusqu’au jour où cette entreprise florissante a été en mesure se désolidariser des constructeurs de caméras. Dans un premier temps en se séparant définitivement de GoPro sur les phantom, ensuite des objectifs Panasonic/Olympus avec sa propre monture DL.

 

Un capteur Super 35mm pour la 6K/30fps

 

Pour aborder ce sujet, plongeons-nous en premier lieu dans la fiche technique de la Zenmuse X7. Le passage de la X5S à la X7 est un pas en avant monumental. Tout d’abord en passant d’un capteur micro 4/3 à un Super 35 mm. Puis en réduisant, grâce à ce capteur, la quantité de bruit dans des conditions lumineuses difficiles. De cette manière, l’inspire 2 combiné à la X7 devient une arme impitoyable beaucoup plus polyvalente et flexible en post-production.

Une augmentation de la taille du capteur de 60% en parallèle d’une augmentation du nombre de pixels, portés à 24 millions désormais. La X7 utilise un capteur APS-C (super 35mm), reconnu parmi les meilleurs marques de caméras.

La X7 peut enregistrer des vidéos à une résolution maximale de 6K (6016X3200, 19,25 MP), des photos de 24 MP, approximativement 10% supérieur à la X5S, qui s’aligne sur la majorité des Caméras Full-frame SLR. Elle  atteint presque le niveau de l’appareil hybride Sony a6500, pour mieux vous situer. Au jour d’ aujourd’hui, seul Panasonic avec son GH5 parvient à rivaliser avec les capteurs APS-C et Full-Frame en cinéma.

Les X5R et X5S disposaient déjà d’une plage dynamique plutôt élevée pour des caméras micro 4/3. 12.8 stops face aux 10 petits stops du GH4 à sa sortie. En comparaison la X7 a une plage dynamique stupéfiante de 14 stops, comme les caméras terrestres Sony FS-7 ou Canon C300 MKII. Etre parvenu à une telle métamorphose en si peu de temps prouve que DJI n’est pas près de s’arrêter dans ce domaine.  Et pourquoi pas concurrencer RED sur son propre terrain ?

 

DJI Zenmuse X7

1 en stock

2 999,00 TTC Ajouter au panier

 

Nouvelle monture pour de nouveaux objectifs

 

La X7, c’est aussi une série de changement notables au niveau optique par rapport à la X5S :

 

– DL-Mount (hélas plus compatible avec les objectifs micro 4/3)

– 4 objectifs – prime lenses (16mm,24mm,35mm,50mm) en F2.8.

– Une construction légère en fibre de carbone avec un poids approximatif de 180 grammes sur toutes les focales. Plus besoin de calibrer votre nacelle pour chaque objectif.

– Distance focale de bride de la monture DL est de 16.84mm, inférieur à la X5S.

– Plus de choix au niveau des Gamut en utilisant l’espace colorimétrique D-Gamut RGB.

– Mise à niveau de CineCore depuis 2.0 à 2.1 avec un nouveau D-log.

 

En définitive, la X7 est une caméra séduisante sur tous les plans, d’autant plus lorsque l’on prend en considération son poids : 449 grammes sans objectif (et avec sa nacelle 3 axes ne l’oublions pas).

 

Mais que se passe-t-il lorsque nous opposons la X7 à une véritable caméra de cinéma : la Weapon 8k, la caméra ultime de RED.

 

Pour vous donner un exemple à quoi la X7 se frotte avec la RED Weapon 8K, voici une démonstration de ses talents.

Environnement du test

Ce test a été conduit par une personne supposée extérieure à DJI sur la côte Jogaski en condition réelle avec la lumière du soleil. La difficulté dans ce genre d’environnement est de parvenir à garder le contrôle sur l’image en fonction de la plage dynamique disponible. La X7 a été montée sur un trépied pour simuler et reproduire au mieux les conditions de la Weapon 8k. Elle est équipée d’un filtre ND adéquat pour obtenir une équivalence vitesse/ouverture sur les deux caméras.

 

 

TEST 1 : shooting extérieur en RAW

 

La Weapon est la première à passer sur le banc de test, puis une minute plus tard la X7 pour avoir un environnement similaire sur les deux prises de vue. Selon les informations de RED, la Weapon ne dispose pas moins de 16,5 stop, soit l’une des plages dynamiques les plus élevées à présent sur le marché. Les indications fournies par le moniteur RED annoncent que les Highlight et Shadow ont presque atteins leur niveau maximum. Pourtant la RED parvient à surmonter le test une fois passé par la phase colorimétrie. La profondeur des couleurs et les détails des roches ci-dessous sont conservés.

 

Avant et après sur la Red Weapon 8K

 

 

 

 

Même à l’œil nu, ce genre de conditions sont considérés comme difficiles pour obtenir un rendu détaillé et contrasté entre les différentes zones ; la réflectivité de la mer étant parfois très gênante. Pour ce test les 16.5 stops de la Weapon n’étaient pas de trop, alors nous imaginons que la X7 devrait avoir du mal à reproduire une telle performance. A son tour, la X7 filme alors en RAW 6k Cinema DNG pour éviter au maximum la perte d’information des highlights et shadows.

Après édition, il est assez étonnant de voir que les résultats sont proches sur les deux caméras. La récupération des hautes lumières n’a rien à voir avec les performances d’une X5S ou X5R ; DJI parle d’une amélioration drastique. De la même façon, les dégradés de couleurs présents sur la mer n’ont pas perdu leur profondeur malgré la forte réflectivité du soleil.

 

Avant et après sur la X7 – une étonnante restitution des ombres et couleurs sur la partie rocheuse. 

 

 

 

TEST 2 : D-LOG

 

DJI a également testé au passage son nouveau D-LOG. Il était difficile d’utiliser les précédentes versions car, comme sur les appareils photos hybrides, ces modes ont une fâcheuse tendance à générer du bruit si on ne les maitrise pas parfaitement. Le Nouveau D-LOG en génère beaucoup moins qu’auparavant et peut parvenir à des rendus correctement ajustés (contraste, saturation, balance des blancs).

Pour terminer ce test, les testeurs ont recours à DaVinci Resolve 14 et Mini Panel. Après moins d’une minute de Color Grading, nous constatons que le D-Log fourni des couleurs détaillées sans le moindre effort.

 

 

Test de la X7 avant et après retouche

 

 

TEST 3 : intérieur

Certainement le test le plus intéressant des 4 pour les réalisateurs, bien que l’inspire 2 ne soit que rarement utilisé pour des plans en intérieur. Les deux caméras pointent alors vers l’extérieur. C’est bien parce qu’il s’agit d’une situation extrêmement difficile à gérer que les testeurs ont choisi d’effectuer ce test à cet endroit. Le résultat montre que la X7 est ultra compétitive dans des conditions difficiles à filmer, même avec des caméras professionnelles. La capacité de la X7 à restituer ces ombres est excellente.

 

DJI X7 avant et après – un résultat très satisfaisant

 

RED Weapon 8K avant et après

 

 

 

TEST 4 : Test dans une grotte

Le dernier des 4 tests se situe dans un environnement très sombre avec des contrastes poussés au maximum, pour donner à ces deux rivaux un challenge digne de leur réputation. Loin du duel au sommet pour clôturer les débats, avec grotte aussi obscure. Sur les deux caméras les hautes lumières ont été accentuées pour éliminer des zones sombres. Des résultats qui ont de quoi vous laisser scotchés.

 

Zenmuse X7 avant et après correction

 

RED Weapon 8k après correction

 

Conclusion du test

 

Ce test n’a pas été effectué dans des conditions stricts et DJI le reconnait. Il n’y a d’ailleurs pas d’analyse technique, seuls vos yeux seront témoins de l’incroyable dynamique de la X7 et de sa malléabilité en post-production. Il faut reconnaître que la Zenmuse X7 joue désormais dans la cour des grands ; nous n’avons pas réellement senti de différence entre la X7 et la Weapon. En fin de compte, cela se traduit par un énorme avantage pour les réalisateurs à la recherche d’une solution aérienne abordable, transportable et qui se rapproche des performances des meilleurs caméras de cinéma. Jusqu’à présent, obtenir un tel rendu n’était possible qu’à condition d’embarquer directement une RED sur son drone, avec une mobilité amplement réduite (autonomie, vitesse, maniabilité, évolution dans des espaces restreints). Finalement, la X7 est une outils de pointe pour la production et les films commerciaux, où les exigences sont généralement les plus élevées.

 

Crédit

Ce test est en grande partie inspiré de DJI, eux-mêmes inspirés de Yasuyuki Yoshida (Armadas)

Laisser un commentaire