» » » Crashs de drones : nos conseils pour les éviter

Crashs de drones : nos conseils pour les éviter

0

Le télépilote est responsable de la sécurité liée au vol de son drone. Pour éviter les incidents, il est important de comprendre quelles sont les principales raisons des crashs de drones :

 

  • Perte du signal GPS

 

 

Beaucoup de phénomènes peuvent entrainer des problèmes de réception GPS : obstacles, perturbations solaires, perturbations magnétiques….

CONSEIL : évitez de voler à proximité de bâtiments hauts et consultez les activités solaire avant de voler. Plusieurs sites internet vous donne l’indice Kp en temps réel. Pour être prêt en cas de perte GPS, il est indispensable de s’entrainer à prendre les bons réflexes pour reprendre votre drone en manuel.

 

  • Problèmes de compas

 

Une mauvaise calibration des compas compte parmi les causes les plus fréquentes de crashs. Les compas sont très facilement perturbés par des sources magnétiques ou radiofréquences (lignes électriques, véhicules, lignes téléphoniques, relais téléphoniques, émetteurs radio…).

CONSEIL : évitez de transporter le drone proche d’aimants comme les haut-parleurs de votre voiture et évitez de voler dans des environnements avec de fortes interférences électromagnétiques.

 

  • Problèmes de RTH

 

En cas de problèmes, comme une perte GPS ou une batterie déchargée, le drone peut déclencher un Return To Home (RTH), le ramenant à son point de décollage. Lors de son RTH, le drone rentre en ligne droite et peut rencontrer des obstacles (arbres, bâtiments…). Le RTH est ainsi à l’origine de nombreux crashs.

CONSEIL : lorsque vous arrivez sur votre lieu de vol, repérez les principaux obstacles et réglez l’altitude de RTH.  Celle-ci doit être supérieur à l’obstacle le plus haut sur votre terrain de vol.

 

  • Problèmes de transmission vidéo

 

Les problèmes de transmission vidéo sont très souvent liés à une déconnexion des câbles vidéo.

CONSEIL : avant chaque vol, vérifiez la bonne connexion des câbles vidéo ; et après chaque vol, débranchez les câbles avec précaution afin de ne pas endommager les connecteurs. Si un câble vidéo présente des traces d’usure, remplacez-le immédiatement.

 

  • Panne de batterie

 

Selon la température, les batteries peuvent réagir différemment et se décharger plus rapidement. Beaucoup de drones crashent car ils n’ont pas suffisamment de batteries pour rentrer à leur Home.

CONSEIL : volez toujours avec des batteries complètement chargées et gardez toujours un œil sur les niveaux de batteries. Nous vous recommandons de poser votre drone à 30 % de batteries. Ainsi, en cas d’urgences, il vous restera assez de batterie pour trouver un nouveau point d’atterrissage.

 

  • Hélices endommagées ou mal fixées

 

Les hélices, qu’elles soient en plastique ou en carbone, sont fragiles. En cas de choc, elles peuvent se déformer ou être fragilisées.

CONSEIL : vérifiez toujours chaque hélice avant un vol pour vous assurer qu’elle soit en parfait état et bien fixée. En cas de choc, changez les hélices au moindre signe de déformation.

 

  • Collisions avec un autre drone

 

Beaucoup de crashs sont liés à des collisions entre 2 drones. La plupart du temps, les 2 pilotes n’avaient même pas remarqué la présence de l’autre drone.

CONSEIL : en arrivant sur la zone de vol, prenez le temps d’observer le ciel à la recherche d’un autre aéronef. Et à moins d’être un expert du « racing », évitez de faire des courses de drones entre amis.

 

  • Erreur de direction


Lorsque le drone est à plusieurs dizaines de mètres, il devient vite difficile de différencier l’avant de l’arrière. Certains crashs sont liés à des erreurs de direction par des pilotes débutants.

CONSEIL : Familiarisez-vous bien avec votre machine avant de voler plus loin. Par ailleurs, restez toujours vigilant quand vous volez de côté ou en arrière. Gardez votre drone dans votre champ de vision pour être sûr de ne pas rencontrer d’obstacles.

 

Si, malgré ces conseils, un crash devait survenir, pensez à le notifier à la DSAC.  L’arrêté du 17 décembre 2015 (article 3.5.6 de l’Annexe III) décrit le processus de notification, de traitement et de suivi des événements de sécurité (cf guide https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Guide_incidents_drones_notification_suivi.pdf). L’exploitant doit transmettre à la DSAC le compte rendu de tout événement qui a mis en jeu la sécurité des tiers ou qui aurait pu la mettre en jeu dans d’autres circonstances. Rassurez-vous, l’objectif n’est pas de sanctionner le télépilote ou l’exploitant mais d’accumuler des retours d’expériences afin de faire progresser la sécurité aérienne.

 

Partage